L'information en ligne

SIMONE GBAGBO OU LE RÉVEIL DES VIEUX DÉMONS

"MÊME LES VICTIMES DE LA CRISE POSTÉLECTORALE... OUBLIÉES !!!"

 

Simon et les vieux demons2

De Viny Teranova
*********************

Simone Gbagbo, L’ancienne « Dame de fer » de Côte d’Ivoire, l'expression est des médias étrangers, injustement incarcérée depuis sept ans, après la sanglante crise post-électorale qui a fait 3.000 morts en 2010-2011, vient d'être élargie par une ordonnance d'amnistie signée par le chef de l'Etat, Alassane Ouattara à la veille de l'indépendance le 06 Août 2018. 
Dieu soit loué ! Sortie dans un contexte où sa formation politique est profondément fracturée, l'on s'attendait à ce qu'elle tienne une posture beaucoup plus unificatrice. Hier, à sa sortie, accueillie dans une ambiance des plus fiévreuses, trop près de tous ces intermédiaires, de tous ces opportuns, elle n'a pu s'approcher des volontés unificatrices plus nombreuses qui ont été englouties devant tant de vacarme et de zèle de l'imposture rancunière. 
C'est dans ce contexte là que la première dame a tenu un discours des plus dithyrambiques vis à vis du gardien des ''secrets'' des membres fondateurs du FPI. Pas étonnant, elle qui est si prévisible quand il s'agit des questions ''frontistes''. On pourrait même faire mille commentaires de ses premiers propos de sortie ''d'otage'', des plus rationnels au plus irrationnels, voire invraisemblables, selon le camp dans lequel l'on se trouve. 
Cependant nous aurions souhaité qu'elle adresse ses premiers mots en l'endroit des victimes de la crise postélectorale de 2011, propos en l'endroit des Ivoiriens qui se sont constitués bouclier humain pour défendre la République, et qui par dizaine de milliers ont été exécutés par l'armée française. 
Nous aurions voulu qu'elle rende ''les honneurs post-mortem'‘, qu'elle exprime la reconnaissance d'un pouvoir (qu’elle représente invariablement) qui, esseulé sur le plan international mais qui n'avait en réalité et loin des prestidigitations que ces vaillants étudiants, ces courageux Ivoiriens... qui dans un élan sacrificiel ont donné leurs vies pour la mère patrie. 
Peut-être un oubli que le poids des émotions de la liberté a écrasé par inadvertance, mais incompréhensible, sûrement parce qu'étant consciente qu'entre passion et folie des militants seront toujours là pour, dans un même mouvement, pardonner sa faiblesse et applaudir son génie. Et pourtant... il faut peu de choses pour descendre les marches de la gloire, passer de la lumière du stade à l'obscurité des ténèbres. 
Nous sommes toutefois enivrés de bonheur et de joie devant cette liberté rendue qu'elle n'aurait jamais dû perdre. Dieu merci infiniment pour tes grâces Seigneur berce là chaudement, elle a froid.

Deboutciv Deboutcotedivoire avec RFI Jeune Afrique Tunisie Jeune Afrique FRANCE 24 Sputnik France Africa24 TV AFRICA24MONDE

 

 

 

Posté par deboutciv à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2018

LE JOUR DUEKOUE TOMBA

Olivier2

 

 · 
 
Cette journée du 29 Mars 2011 reste indélébile dans la mémoire de tout bon fils de Duekoue. C'était le jour de l'horreur insupportable, jour de complaintes et lamentations muettes d'un peuple laissé pour compte sur l'autel d'enjeu géostratégique et politique. Peuple situé à un carrefour qui mène les siens vers le Nord, le centre et l'extrême Ouest.. 

Ce jour-ci, cette ville "rebelle" DUEKOUE devrait absolument tomber aux mains d'ex rebelles, devenus FRCI sous la ferule d'un Alassanne, le désormais chef d'État par la magie du droit dit international, cet autre droit au dessus de tout autre, ce droit des institutions internationales qui foule aux pieds le droit de ces même pays dont l'existence donne un sens réel a ces dites institutions internationales..Une équation dont l'humanité devrait réellement se préoccuper a la longue, pour l'équilibre de l'ordre mondial.. 

Si le droit international supplante les lois nationales, qui elles-mêmes régissent les états qui eux aussi, donnent sens aux relation internationales, doit-on implicitement dire que le droit international tue nos etats, et se tue lui même? Puisqu'il doit surtout son existence que par l'existence des états. 

Revenons à la maudite ville située sur la rive du guemon..Revenons à Duekoue. 

Ce jour du 29 Mars, Duekoue devrait tomber et tomba au détriment d'un peuple martyr wê, peu protégé et longtemps resté dans l'oeil du cyclone. 

Aux environs de 7hrs du petit matin, les forces "irrégulières", du président Gbagbo quittent les corridors répondant à un appel anonyme d'une hiérarchie qui appelait à faire allégeance, à la suite d'intense combats la veille. Les casernes se vident. La ville bouillonne et tourbouillone ça et la. Duekoue est désormais tenue par les factions milices pro Gouvernementales qui y règnent en maitre absolu. Allignant exactions et pillages sur les populations jugées proches des ennemis. 

10 Heures, l'heure de l'hécatombe... 

Glé Djolea Serge Rodolphe était en ligne avec moi. C'était un ami d'enfance au carrefour, ce martyr quartier de Duekoue. Étudiant en 3ième année d'anglais à l'université d'Abidjan, il avait devancé Hermann et moi. Nous avons voulu le rejoindre plus tard après que le calme revienne à la cité universitaire de Willy, aux encablures de Abobo, l'épicentre de la guerre à Abidjan où nous autres étions logés, lui ayant pu avoir la chance [ou malchance] de se frayer un chemin pour Duekoue, au par avant si paisible avant l'horreur du 29 Mars.. 

Benzen [son surnom d'école], nous donnait les infos du quartier de notre enfance, minute par minute. Même si parfois il minimisait ce qui adviendrait. Pour lui, cette crise militaire était qu'un feu de paille, qui va vite passer. Car, sa préoccupation était ses études, vite reprendre les cours à la fac ou il lui restait quelque UV à valider. Très petit, il rêvait d'être ambassadeur, raison pour laquelle il choisit l'anglais une fois au campus. Hermann le plus doué, rêvait de finir préfet quelque part, moi avec mon idole le journaliste LEVY NYAMKEY, je rêvais du métier de journaliste, juste après la philosophie pour laquelle j'ai opté après le bac D.. 

Les trois jeunes ont la passion des études, de leur peuple et de Duekoue. Il vécurent toutes les souffrances de Duekoue. Guitrozon, Blody et Fengolo. Attaques incessantes de carrefour et tous ces carnages peu médiatisé de parents sans défense. De villages calcinés et de mères éventrées.

Mes amis étaient des déracinés de la culture wê. Le plus nul était Hermann. 

Les week-end, on partait à Toa-zeo mon village juste à côté pour les festivals de masques, les matchs de foot inter-villages ou cueillir sur nos routes, des mangues. Toute une nostalgie, un passé entièrement décimé par une cohorte de rebelle venue d'une planète. Elle a décimé nos us et coutumes puisque saccagé nos forêts et réserves. Détruit l'avenir de milliers de jeunes de notre génération, de nos régions ayant fuit cette horrible et dévastatrice guerre. Devenus de bandits de tout acabit, des prostituées.. 

C'est aux environs de midi, treize heures que Benzen m'appelle:

" Oli, Duekoue est entre les mains des rebelles. Ils progressent sur le carrefour. ".. 

N.B. c'est une partie sensible de mon récit sur l'hécatombe sur ma ville Duekoue.. 

- L'assassinat d'un ami... 

-Mon cri de coeur face à une justice nationale et internationale restée muette.. 

- C'est de cette situation insupportable est née le moteur de mon aversion contre l'injustice.. 

- Mon aversion radicale pour Guillaume soro.. 

LE JOUR DUEKOUE TOMBA naîtra un jour.. 

Auteur: Gnongoue Olivier.

Posté par deboutciv à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2018

À DÉFAUT DE L'ATTEINDRE, IL FAUT L'ISOLER

A defaut

 

De Yvann Murphy
********************

Curieusement l'on entend peu tous ces pseudo-panafricanistes si prompts à critiquer (à raison) l’inhumanité du blanc, restés aphones et atones face à la stratégie quasi sibylline de Dramane à isoler le président pascal Pascal AFFI N'guessan dans ce vaste ballet politico-diplomatique qui vraisemblablement échappe au régime d’Abidjan. Il reste de loin, l’homme à abattre des alliés de Dramane face au monde qui désormais veut jeter aux oubliettes la Françafrique, et ce, par tous les moyens. 
Du coup, on peut donc comprendre que le camp Pascal Affi N'guessan est celui de la raison et celui du vaste mouvement qui est en cours sur tout le continent… La Françafrique a disparu de l’Afrique australe, elle a été chassée de l’Afrique orientale, bientôt de l’Afrique centrale avec les élections en République Démocratique du Congo, en voie de disparition en Afrique Du Nord et en Afrique de l'Ouest. Entendez-vous parler maintenant de Boko Haram ?

N’est-ce pas l’occasion de nous mettre ensemble pour chasser l’oppresseur qui semble-t-il, veut désormais utiliser nos propres armes pour espérer encore exister. La question est, pour combien de temps encore au regard des lignes qui sont en train de bouger à une vitesse vertigineuse ? 
Une chose est certaine, Alassane Dramane Ouattara sera aspiré et avec lui, tous ses alliés et vassaux. Personne ne pourra s’exclure de la plateforme mise en place et qui a pour objectif de sonner le départ de Alassane Dramane Ouattara de notre environnement, comme personne ne pourra isoler Pascal AFFI N'guessan car il est clair que la source qu'on empêche de jaillir sort finalement par des excavations dont souvent on s'aperçoit trop tard ; ils veulent opiniâtrement l'isoler sur leur autel trempé d'imposture, mais ils ne réussiront qu'à faire de l'agitation sans fin. Parce que Pascal Affi N'guessan est en avance, il est au diapason de l'orientation du monde, il a compris que le courage politique manque aux Africains et particulièrement aux Ivoiriens, ce qui explique la périodicité de nos révolutions, car si nous savions mieux défendre nos libertés nous n'aurions sans cesse à les reconquérir. 
Il milite pour que nous changions d'approche, que nous adaptions nos actions politiques aux réalités de ce monde en mutation, que nous isolions plutôt les régimes éditoriaux par la politique et non par une posture revancharde et rancunière qui ne fera que perpétuer l'instabilité. Plutôt que de chercher à l'isoler, il semble comme une prière de se joindre à lui et à toutes les forces vives de la nation qui 

Deboutciv Deboutcotedivoire avec Viny Teranova

Posté par deboutciv à 18:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2018

LE CAMARADE ACHILLE GNAORÉ: DES RÉVÉLATIONS TROUBLANTES SUR LA CRISE INTERNE DU FPI (VIDÉO

Hier ils étaient avec Sangaré dans la fronde, dans le mensonge et dans le faux parce-que dans l'illégalité nuisible.
Ils ont rejoint Affi. Il s'agit de ACHILLE GNAORE et de BOUAZO. Ils ont été promus secrétaires nationaux chargés de l'animation politique. Ils ont découvert qu'ils étaient dans une voie sans issue et ils étaient fatigués d'être dans l'impasse sans réflexion qualitative pour de bonnes perspectives. Ils ont compris qu'ils étaient avec des gens sans vision pour le pays. Ils ont décidé de changer." Ma question est; veux-tu que les ivoiriens soient prisonniers des mensonges de ces gens qui nous retarde dans le cadre du mouvement de la dynamique mis en place pour faire partir Dramane de notre environnement ?

Posté par deboutciv à 01:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2018

CÔTE D'IVOIRE: OUATTARA, LA DÉCONSTRUCTION D'UN MYTHE

Echec Mat

 

La Côte d’Ivoire, ce pays dit proche de l’émergence, n'est-elle en réalité qu'une nation victime de ses dirigeants. Faute de changer en profondeur la vie des citoyens de ce pays, le président Alassane Ouattara et ses collaborateurs misent sur la communication pour cacher de la main le brulant soleil de difficultés qui déchire de ses rayons le pays tout entier. Analyse…

Ouattara est-il ce bon président qu'il croit ?

 

Cela fait déjà bien longtemps que la Côte d’Ivoire n’est plus le pays si prometteur qu’elle était du temps de son président Félix Houphouët-Boigny. Le nom de ce grand homme que chacun se plait à incarner, selon ses intérêts, est devenu un véritable argument commercial sur le marché d’électeurs. Le Vieux devrait se retourner dans sa tombe rien qu’en regardant le triste spectacle qui se déroule sur la terre de ses ancêtres.

Laurent Dona Fologo, ancien journaliste proche collaborateur de Félix Houphouët-Boigny, l’a avoué, le père de l’indépendance ivoirienne le savait, il n’a arraché qu’une indépendance arrangée, espérant que ses successeurs pousseraient plus loin la lutte pour faire tomber les chaînes qui lien aujourd’hui encore son pays à certaines puissances occidentales. L'ont-ils fait ? Chacun aura sa réponse. Ces politiciens ont passé le clair de leur temps à se livrer à des querelles qui déboucheront sur les pires drames pour certains Ivoiriens plutôt que de servir leur pays.

Tour à tour, Henri Konan Bédié s’est vu pousser dehors par Guei Robert. L’ancien chef de l’état-major des armées sera éjecté lui aussi du pouvoir par le peuple à l’avènement de la Réformation au pouvoir. Il faut savoir qu’à la mort d’Houphouët, l’idée selon laquelle la Côte d’Ivoire ne serait jamais capable de s’en sortir sans l’aide internationale était répandue dans les cercles de pouvoirs sur le continent. C’est donc à cette idée que Laurent Gbagbo et son équipe s’étaient attaqués.

Tous lui prédisaient un échec des plus spectaculaires. Certains pronostiquaient son départ par le peuple qui l’avait porté au pouvoir peu de temps auparavant. Mais le Woody de Mama, en fin politicien, s’est vite mis ce peuple dans la poche au point de l’amener à accepter des difficultés qui se sont imposées à lui durant les deux premières années de son mandat.

Certaines avaient déjà tiré le tabouret pour assister au spectacle qu’ils souhaitaient désastreux pour le patron du Front Populaire Ivoirien (FPI), l’opposant historique à feu Félix Houphouët-Boigny. L’homme s’en sort pourtant plutôt pas mal ses deux premières années et promet de faire mieux l’année suivante. Il faut dire que le budget sécurisé qu’il a mis en avant a fait ses preuves. Ceux qui prédisaient sa mort le rejoindront les uns après les autres tant son équipe de technocrates s'était montrée sérieuse à la tache.

 

Ouattara a échoué et donc vivement la présidentielle de 2020 pour qu’il libère le palais! Tous les soutiens qui l'ont fait roi le lâchent progressivement. La BAD et le FMI qui passent pour ses soutiens n'ont pas manqué de l'interpeller sur sa gestion du pays. La France d'Emmanuel Macron qui n'est plus celle de son ami Sarkozy n'a également pas l' intention de cautionner des troubles qui pourraient naitre de son maintien au pouvoir.

Le président qui n'écartait pas l'idée de briguer un troisième mandat connait depuis peu la réponse de ses alliés du PDCI sans qui il ne peut gagner d'élection présidentielle dans le pays. Même en l'absence de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2015, il avait pratiquement forcé le plus vieux parti politique ivoirien à le soutenir afin d'éviter les mauvaises surprises.

Amé Patrice Dama "Ce que je dis m'engage, Point!"



Lire la suite sure : https://www.afrique-sur7.fr/396216-cote-divoire-ouattara-mythe

 

 

 

Posté par deboutciv à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2018

PRÉSIDENT BEDIÉ, SOIS NOTRE ABLA POKOU POUR SAUVER LA CÔTE D'IVOIRE

Bedie

 

De Djimi Dilanaud
*********************

Le président Bédié et son épouse, de passage au Ghana à Ansuta le 5 avril 2018 a dit ceci : « Ma présence à Ansuta nous permet de renouer avec nos origines parce que notre cœur y est déjà depuis la reine Abla Pokou »
Ainsi dans son élan de reconcilier la Côte d’ivoire avec sa jeunesse le président Gnaoré Achille des Parlements et Agoras de Côte d'Ivoire, tout feu tout flamme au siège du PDCI-RDA à Cocody, s’est inspiré de cette légende qui a tant bercé notre enfance pour envoyer un message riche en symbole au président henry Konan Bédié que voici :

"Nous demandons au Président du Pdci Rda, S.E Henri Konan Bedie de tenir bon. Qu'il ne suive pas ceux qui sont sur les traces d' Houphouet Boigny félixcomme si Boigny Houphouet était perdu ! Que Bédié sache que les Ivoiriens dans leur ensemble le soutiennent et nous lui demandons d'être le pont sur lequel les ivoiriens vont passer pour traverser la rivière. Car cette rivière a trop mangé ses sœurs et frères ivoiriens et qu'il faut mettre fin à ce désastre meurtrier. Ainsi qu'il se souvienne de l'acte posé par la Reine Abla Pokou pour sauver son peuple qui était pourchasser par l'ennemi. Enfin, nous demandons au Président Bédié de travailler en synergie avec le Président légal et statutaire du FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIENPascal Affi N'guessan qui est homme politique éclairé, intelligent dont il peut bénéficier du total soutien".

Lire aussi: http://pdcirda.ci/…/le-couple-bedie-a-ansuta-sur-les-trace…/

Deboutciv DeboutcotedivoireRFI La Lettre A FRANCE 24 Africa24 TVAFRICA24MONDE

Posté par deboutciv à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2018

AFFAIRE OUATTARA VEUT DIVISER LE PDCI.

13641309_10201797495335619_8544064447511167320_o

 

De Gnaly Krobou
********************
Une raison de plus qui doit motiver le PDCI à consolider une solide alliance avec le FPI.

Mais diantre que veut Ouattara au juste ?

Après plus de 70 ans d'existence le PDCI va-t-il se laisser diviser et subir le même sort que les petits partis comme le Mfa, l’UDPCI et autres PIT ?

Pour être réaliste actuellement la chose la plus sûre est que le ver (Adjoumani&co) est déjà dans le fruit.

Et donc une seule option de sauvetage qui est d'éradiquer ce mal à jamais doit animer son président Bédié et ses vrais fidèles sinon...

C'est d'ailleurs pour ça que ça urge que le projet d'alliance entre le PDCI et le FPI doit passer à une vitesse supérieure afin de libérer notre pays des mains des prédateurs véreux sans ambition aucune pour le peuple de côte d'Ivoire.

Aujourd'hui, tous, sommes unanimement d'avis que le temps de la gestion du PDCI et celui du FPI demeurent ceux qui ont hissé notre cher pays au perchoir du concert des nations.

Ne dit-on pas que le fer ne se bat que lorsqu'il est chaud ?

AOTFCD {Aux Oreilles Tendues Faits Captifs Donc}

Deboutciv Deboutcotedivoire avec DeboutCiv

Posté par deboutciv à 06:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2018

COUPE DU MONDE 2018: CE QU'ON PENSE HAUT ET CE QU'ON PENSE BAS...

37120510_431945790615205_8467000009374564352_n

 

PENDANT QUE TOUT LE MONDE CRIE HAUT ET FORT, NOUS SOMMES LES CHAMPIONS DU MONDE! MANU, CRIE BAS, SI BAS, JE SERAI RÉÉLU !!! 

Posté par deboutciv à 21:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2018

MACRON, LE BRUTUS DE HOLLANDE ? NON, LE CHEVAL DE TROIE INDÉNIABLEMENT.

ob_c7d416_7779774686-francois-hollande-et-emmanu

 

Emmanuel Macron n’est pas le Brutus de François Hollande. Mais est-il son cheval de Troie à droite ?

 

Par Nicolas Poirier.

On n’entend plus parler que de lui. Macron, l’homme en forme du moment (en forme, pas pour ses résultats économiques s’entend, mais pour son omniprésence médiatique), s’apprêterait tel un vil Brutus à trahir son mentor François Hollande, et serait en route pour se présenter à la présidentielle.

Cela, c’est ce que vous pouvez lire et entendre partout.

Sauf que c’est une belle histoire, ou plutôt, un storytelling tout droit pondu par EuroRSCG, cette même agence de comm faiseuse de roi qui a réussi le tour de force de faire croire au pays entier en 2011 que Dominique Strauss-Kahn était un génie de l’économie qui allait sauver la France, avant que ce dernier n’apparaisse pour ce qu’il est, c’est-à-dire quelque chose que je ne peux même pas nommer avec les mots péjoratifs adéquats pour éviter un procès en diffamation/injure et autre.

La réalité, la voici.

Au début de 2016, François Hollande est confronté à un gros problème. Comme tout politique addict aux mandats, il ne vise rien d’autre que sa réélection à l’horizon 2017. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Son meilleur ennemi, Nicolas Sarkozy, qui devait lui être opposé pour un match retour dont il pensait « naturellement » qu’il allait le gagner (dans sa tête, juste parce qu’il l’a déjà battu en 2012. N’allez pas chercher plus loin), se retrouve en difficulté au sein de son parti, et tout annonce que le candidat des Républicains sera finalement et de manière assez improbable Alain Juppé, vieux (il le reconnait lui même) Premier ministre sur le retour, n’ayant pas grand chose d’autre à proposer comme programme que d’avoir convaincu Bayrou de ne pas se présenter s’il obtenait l’investiture, et de ne pas faire plus d’un mandat s’il était élu (on prend les paris que élu, il reviendrait sur cette promesse ? Mais passons). Bref, pour Hollande, c’est la tuile.

Surtout, il apparaît sondage sur sondage, élection sur élection, que le Front National, l’éternel épouvantail de la vie politique, et porté par le climat anxiogène de défiance envers les politiques « classiques » et par les attentats (et ceux du 13 Novembre risquent bien hélas de ne pas être les derniers en France d’ici la présidentielle), sera, quoiqu’il arrive, au second tour, et probablement aux alentours des 30% au premier. Ce qui ne laisse du coup qu’une place pour un challenger, et selon les sondages, cette place reviendrait à la droite, donc Alain Juppé, éventuel gagnant de la primaire.

François Hollande, trop bon politique pour ne rien tenter

Croyez-vous sincèrement qu’un politique addict au pouvoir comme François Hollande puisse accepter, un an à l’avance, la certitude d’être battu à l’élection qu’il veut à tout prix remporter à nouveau, sans rien tenter ? Si oui, vous êtes probablement des mêmes naïfs qui croient que François Hollande pourrait ne pas se représenter. Là encore, une immense plaisanterie.

Bref. Pour François Hollande, l’équation est simple. S’il veut arriver au second tour, il doit chiper, d’une manière ou d’une autre, la place qui revient sur le papier à Alain Juppé. Mais comment faire ?

La force d’Alain Juppé, c’est essentiellement de s’être assuré le ralliement de François Bayrou et l’assurance que ce dernier ne se présenterait pas s’il était le candidat des Républicains (je n’ai entendu à ce jour aucune personne enthousiaste sur cette candidature, juste une « résignation générale » à voter pour lui car il est le candidat le mieux placé, en théorie, à droite pour gagner la présidentielle). Ainsi, sachant que quel que soit le candidat de la droite, cette dernière peut compter sur un socle d’irréductibles autour de 20%, et que les voix centristes correspondent peu ou prou à 7/10%, Juppé se met hors de portée d’un François Hollande affaibli et décrédibilisé par des résultats économiques navrants (entre autres résultats navrants).

Alors pour prendre des voix à Juppé, on (avec la contribution non bénévole de EuroRSCG) a créé de toutes pièces cette candidature d’Emmanuel Macron, faisant monter cette personnalité dans l’esprit de l’opinion qui n’en avait encore jamais entendu parler (alors que objectivement, il n’a aucune réalisation concrète à son actif autre que quelques lignes de bus, et l’économie du pays dont il est responsable est dans un état franchement piteux), le présentant en jeune homme dynamique ambitieux, un « Tony Blair » à la Française, et autre fumisterie.

Tout est dans ce constat : Macron, s’il n’avait pas été nommé pas François Hollande au gouvernement, n’aurait jamais été présenté comme une « personnalité de gauche », seul ce « parrainage » lui permettant de bénéficier plus ou moins de cette étiquette (et encore, son passage par la banque Rotschild reste en travers de la gauche de la majorité des « ténors de gauche »). S’il se présentait à une primaire fermée au seul PS, comme celle de 2011, il est à peu près certain que Macron ne ferait pas davantage que Valls, c’est-à-dire 5,63 % et 149.103 voix. En revanche, si Macron se présentait à une primaire des Républicains, il est certain qu’il y remporterait beaucoup plus de succès.

Le calcul machiavélique de Hollande avec Emmanuel Macron

Et c’est  là toute l’origine du calcul machiavélique de François Hollande.

Macron directement candidat à la présidentielle (pas à la primaire de droite), il est certain que celui-ci raflera en immense majorité des voix « à droite » et mordra très peu, totalement à la marge, dans l’électorat de François Hollande. Tout le calcul de ce dernier (avec la complicité de Macron ? Ou tout simplement, celui-ci est totalement naïf et ne se rend pas compte du fait qu’il n’est qu’un jouet aux mains du président ?) est que Macron morde assez sur l’électorat d’Alain Juppé (et ce ne sera pas difficile, notamment à cause de l’age de ce dernier, son usure du pouvoir dans un contexte de demande de renouvellement, et aussi, sa condamnation pour les emplois fictifs de Paris) pour faire descendre assez ce dernier, aux alentours de 20% … pour le mettre à portée d’un Hollande ayant fait le ménage en bloquant un maximum toutes les autres candidatures « à gauche », et s’assurant ainsi un socle minimal autour de 23/25%. Mieux, débarrassé de Macron le temps de la présidentielle, récitant la fable de la trahison, François Hollande aura plus de facilité à fédérer cette base de gauche minimale dont il a besoin pour parvenir au second tour.

Il s’inviterait alors in extremis à la place « promise » à Alain Juppé au second tour de la présidentielle, face à Marine Le Pen et persuadé qu’un « front républicain » lui assurerait sa réélection. Ce dont je suis loin, très loin d’être convaincu, mais on en reparlera.

Macron, le brutus de Hollande ? Non, le cheval de Troie, indéniablement.

 

Vous aimez cet article ? Partagez le !

 

Posté par deboutciv à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2018

Affaire poudrière d'armes de guerres découverte à la résidence du Lieutenant-Colonel Ange Kessy Kouamé, procureur militaire

ange

 De Alain Doh Bi @Dp de deboutciv 

Le Procureur militaire se condamne lui-même dans sa PROPRE VERSION à un triple niveau :

1-Sa résidence n'est pas une caserne, pour qu'il décide d'y entreposer des armes de guerre sous prétexte que la Tour A serait en réhabilitation. Même si ses bureaux sont en réhabilitation, ces armes engagées dans une affaires militaires devaient être entreposées dans une caserne militaire et non à son domicile. Le procureur connaît la rigueur militaire.

2-Comment ces armes se sont retrouvées sur le marché ? Le procureur prétend que ce sont ses proches collaborateurs qui les auraient dérobées depuis sa résidence pour les vendre sur le marché noir. Huuumm! 
Comment ses collaborateurs, eux-mêmes militaires, conscients que chaque arme possède un numéro de série, auraient-ils pu commettre l'erreur de les "vendre", sachant que la moindre enquête remonterait jusqu'à eux ? 
N'était-ce pas pour les vendre que le procureur a délibérément fait venir ces armes chez lui afin qu'elles échappent à la surveillance militaire ? Les collaborateurs d'Ange Kessy n'ont-ils pas vendu ces armes avec son accord ? Autant de points d'ombres qui nécessitent une enquête approfondie.

3-Et si les enquêtes menées par la gendarmerie nationale révèlent, par la suite, que les armes issues de la poudrière du domicile d'Ange Kessy auraient servi dans une agression armée, comme nous les connaissons bien ces temps-ci ?

Suivre le lien: https://www.facebook.com/alain.dohbi/posts/1715097621936859


=================
Tout compte fait, à chacun des trois niveaux, le procureur militaire qui est lui-même très sévère dans les peines à appliquer aux autres, sait qu'il mérite la radiation ou tout au moins 3 ans de prison ferme.

 

 

Posté par deboutciv à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]