ange

 De Alain Doh Bi @Dp de deboutciv 

Le Procureur militaire se condamne lui-même dans sa PROPRE VERSION à un triple niveau :

1-Sa résidence n'est pas une caserne, pour qu'il décide d'y entreposer des armes de guerre sous prétexte que la Tour A serait en réhabilitation. Même si ses bureaux sont en réhabilitation, ces armes engagées dans une affaires militaires devaient être entreposées dans une caserne militaire et non à son domicile. Le procureur connaît la rigueur militaire.

2-Comment ces armes se sont retrouvées sur le marché ? Le procureur prétend que ce sont ses proches collaborateurs qui les auraient dérobées depuis sa résidence pour les vendre sur le marché noir. Huuumm! 
Comment ses collaborateurs, eux-mêmes militaires, conscients que chaque arme possède un numéro de série, auraient-ils pu commettre l'erreur de les "vendre", sachant que la moindre enquête remonterait jusqu'à eux ? 
N'était-ce pas pour les vendre que le procureur a délibérément fait venir ces armes chez lui afin qu'elles échappent à la surveillance militaire ? Les collaborateurs d'Ange Kessy n'ont-ils pas vendu ces armes avec son accord ? Autant de points d'ombres qui nécessitent une enquête approfondie.

3-Et si les enquêtes menées par la gendarmerie nationale révèlent, par la suite, que les armes issues de la poudrière du domicile d'Ange Kessy auraient servi dans une agression armée, comme nous les connaissons bien ces temps-ci ?

Suivre le lien: https://www.facebook.com/alain.dohbi/posts/1715097621936859


=================
Tout compte fait, à chacun des trois niveaux, le procureur militaire qui est lui-même très sévère dans les peines à appliquer aux autres, sait qu'il mérite la radiation ou tout au moins 3 ans de prison ferme.