Echec Mat

 

La Côte d’Ivoire, ce pays dit proche de l’émergence, n'est-elle en réalité qu'une nation victime de ses dirigeants. Faute de changer en profondeur la vie des citoyens de ce pays, le président Alassane Ouattara et ses collaborateurs misent sur la communication pour cacher de la main le brulant soleil de difficultés qui déchire de ses rayons le pays tout entier. Analyse…

Ouattara est-il ce bon président qu'il croit ?

 

Cela fait déjà bien longtemps que la Côte d’Ivoire n’est plus le pays si prometteur qu’elle était du temps de son président Félix Houphouët-Boigny. Le nom de ce grand homme que chacun se plait à incarner, selon ses intérêts, est devenu un véritable argument commercial sur le marché d’électeurs. Le Vieux devrait se retourner dans sa tombe rien qu’en regardant le triste spectacle qui se déroule sur la terre de ses ancêtres.

Laurent Dona Fologo, ancien journaliste proche collaborateur de Félix Houphouët-Boigny, l’a avoué, le père de l’indépendance ivoirienne le savait, il n’a arraché qu’une indépendance arrangée, espérant que ses successeurs pousseraient plus loin la lutte pour faire tomber les chaînes qui lien aujourd’hui encore son pays à certaines puissances occidentales. L'ont-ils fait ? Chacun aura sa réponse. Ces politiciens ont passé le clair de leur temps à se livrer à des querelles qui déboucheront sur les pires drames pour certains Ivoiriens plutôt que de servir leur pays.

Tour à tour, Henri Konan Bédié s’est vu pousser dehors par Guei Robert. L’ancien chef de l’état-major des armées sera éjecté lui aussi du pouvoir par le peuple à l’avènement de la Réformation au pouvoir. Il faut savoir qu’à la mort d’Houphouët, l’idée selon laquelle la Côte d’Ivoire ne serait jamais capable de s’en sortir sans l’aide internationale était répandue dans les cercles de pouvoirs sur le continent. C’est donc à cette idée que Laurent Gbagbo et son équipe s’étaient attaqués.

Tous lui prédisaient un échec des plus spectaculaires. Certains pronostiquaient son départ par le peuple qui l’avait porté au pouvoir peu de temps auparavant. Mais le Woody de Mama, en fin politicien, s’est vite mis ce peuple dans la poche au point de l’amener à accepter des difficultés qui se sont imposées à lui durant les deux premières années de son mandat.

Certaines avaient déjà tiré le tabouret pour assister au spectacle qu’ils souhaitaient désastreux pour le patron du Front Populaire Ivoirien (FPI), l’opposant historique à feu Félix Houphouët-Boigny. L’homme s’en sort pourtant plutôt pas mal ses deux premières années et promet de faire mieux l’année suivante. Il faut dire que le budget sécurisé qu’il a mis en avant a fait ses preuves. Ceux qui prédisaient sa mort le rejoindront les uns après les autres tant son équipe de technocrates s'était montrée sérieuse à la tache.

 

Ouattara a échoué et donc vivement la présidentielle de 2020 pour qu’il libère le palais! Tous les soutiens qui l'ont fait roi le lâchent progressivement. La BAD et le FMI qui passent pour ses soutiens n'ont pas manqué de l'interpeller sur sa gestion du pays. La France d'Emmanuel Macron qui n'est plus celle de son ami Sarkozy n'a également pas l' intention de cautionner des troubles qui pourraient naitre de son maintien au pouvoir.

Le président qui n'écartait pas l'idée de briguer un troisième mandat connait depuis peu la réponse de ses alliés du PDCI sans qui il ne peut gagner d'élection présidentielle dans le pays. Même en l'absence de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2015, il avait pratiquement forcé le plus vieux parti politique ivoirien à le soutenir afin d'éviter les mauvaises surprises.

Amé Patrice Dama "Ce que je dis m'engage, Point!"



Lire la suite sure : https://www.afrique-sur7.fr/396216-cote-divoire-ouattara-mythe